Mon histoire commence au printemps 2014.

J’arrête ma pilule et comme toutes les femmes j’espère tomber enceinte rapidement.

Les choses et la nature en décident autrement…

A l’arrêt de la pilule s’ensuit le réveil de mon endométriose endormie depuis mon adolescence, je suis sous stédiril pour en contrôler les symptômes depuis des années.
Les mois s’enchainent et toujours pas le bout du nez du bébé tant attendu qui se profile, la maladie me terrasse de douleurs chaque mois.


Je décide alors au bout de seulement 6 mois d’essai de consulter un gynécologue et alors là la spirale infernale commence…je suis dans un 1er temps diagnostiquée opk avec endomériose, il me met sous Clomid, Oromone et Duphaston, toujours rien à l’horizon, mes règles débarquent sans invitation chaque mois ! Et bébé ne répond pas au rendez-vous.
Il décide alors de me faire passer une hystérographie pour mes trompes, je n’en ai qu’une seule de valide !

Restant septique sur le choix du gynécologue vu l’inefficacité du traitement, j’en consulte un autre et encore un autre qui lui me fait passer une échographie en 3D dans un centre d’imagerie cosy de Paris ainsi qu’une irm dans le quartier populaire des Champs-Elysées, dans mon malheur, je suis chanceuse 🙂 on m’envoie toujours dans des beaux coins parisiens.
Il semble que l’endométriose soit plus rebelle que prévu car elle atteint mon ovaire droit et mon muscle utérin (endométriose interne)
Allez hop il me dit, on va faire une fiv mais pour cela il faut un dossier complet, j’enchaine alors les prises de sang hormonales, les frottis, l’hystéroscopie, encore une fois une hystérographie, et une dernière échographie dans ce même centre pour la route, soyons fous !
Je n’en peux plus, la fatigue de l’endométriose à cause des règles ne m’aide pas et je dois jongler avec le travail : faire un bébé est un combat ! c’est ce que j’ai eu de plus dur à faire depuis que je vis. 😦

1ère fiv, 1ère ponction : 21 ovocytes qui ont donné 6 embryons. Un cauchemar, 10 jours après hospitalisation…mon endométriome a « chauffé » durant la ponction, il a été faire un bisou à mon urètre. Douleurs insupportables à s’en cogner la tête sur le mur même le tramadol et l’acupan n’en viennent pas à bout ! Verdict : j’ai une infection gynécologique et urologique et les ovaires bien gonglés. C’est parti pour un rendez-vous chez l’urologue avant de reprendre la fiv ! Je perds espoir…

5 embryons m’ont été transférés une seule grossesse au printemps 2016 qui c’est terminée en fausse couche à 2 mois de grossesse et pas sans peine, j’ai été évacuée de chez moi avec les pompiers !

Nous sommes à l’automne 2016, l’aventure continue, j’ai rendez-vous en décembre 2016 avec la gynécologue pour la 2ème fiv mais pourquoi diable la cigogne vient-elle me voir toujours le bec vide !?
Les traitements de la fiv mettent à mal mon endométriose car les oestrogènes la font flambée, chaque protocole a son lot de souffrance mais je veux bien tenter, au moins j’aurai tout essayé pour avoir ce beau rôle de maman.

Alexandra

Publicités