Il était une fois une chatte qui voulait avoir un enfant.
Non seulement elle voulait en avoir, mais elle était d’accord de le concevoir, de le laisser sortir d’elle, de le laisser grandir et même de le laisser partir loin d’elle quand il serait devenu adulte.

Comme vous le voyez, elle voulait vraiment être maman et mère et pas seulement « avoir » un enfant! C’était une chatte évoluée qui savait faire la différence: entre un désir « d’enfant » et un désir « d’adulte ». Il y a un désir d’adulte pour faire un enfant et l’élever.

Elle avait lu, quelque part dans un livre sur les humains, que « l’amour parental était une qualité d’amour qu’on pouvait donner à ses enfants, pour leur permettre justement, un jour, de nous quitter ».

Il faut savoir que cette chatte, qui voulait avoir un enfant, avait eu, elle aussi, une mère, une grand mère, une arrière grand mère. Et que chacune avait eu beaucoup de mal à voir grandir… la suivante. A accepter même de la laisser partir… pour vivre une vie d’adulte. Elle avait bien entendu sa mère dire : – Ma mère est tombée malade quand j’ai quitté la maison. Elle n’a pas supporté que je m’éloigne à mon mariage. J’ai eu l’impression qu’elle m’en a voulu longtemps… Elle m’a même dit un jour qu’elle, elle s’était « toujours » occupée de sa mère, qu’elle ne l’avait « jamais » laissée seule, un seul jour, que « c’était comme cela » dans cette famille de chat !

Vous imaginez que pour la chatte de notre histoire, c’était vraiment difficile de devenir maman. Elle ne voulait pas faire un petit bébé pour elle, pour le garder « toujours ». Elle voulait faire un bébé pour lui-même, pour lui donner, non seulement la vie, mais la possibilité de la vivre.

Chez les chats mais chez les chats seulement, on ne confond pas la vie et l’existence. On sait qu’il ne suffit pas de donner la vie, encore faut il permettre à l’enfant d’exister !

Voilà pourquoi, tant que cette petite chatte ne pourra pas s’affirmer et se définir devant sa propre mère, elle risque de ne pas oser faire un petit chat. On connaît même des chattes qui ont ainsi des stérilités incompréhensibles, alors que tous les examens confirment… qu’elles pourraient… avoir un enfant !

Mais les chattes, c’est bien connu, n’hésitent pas à faire… des enfants.

Jacques Salomé – Contes à guérir – Contes à grandir

Publicités